PETZI needs you !

Suite aux mesures de prévention concernant le COVID-19, tous les concerts et événements programmés depuis mars jusqu’à l’été ont été annulés ou reportés. De nombreux événements et festivals sont également concernés jusqu'à l'automne, voire plus longtemps. Afin de venir en aide à ses membres qui sont très durement atteints par cette situation, nous mettons en place le "Petzi Community Fund ", un fonds de solidarité pour les clubs et festivals touchés. Vous trouverez sur cette page les différentes façons de contribuer, soit par un don direct auprès de vos clubs ou festivals préférés, soit par un don au Petzi Community Fund qui servira à venir en aide rapidement aux structures en plus grande difficulté financière. Merci d’avance de votre soutien.

PETZI COMMUNITY FUND

Blind Butcher - Eletrik Tom

Prix à partir de CHF 15,00

Acheter des billets

Blind Butcher c’est bien. On a vu leur dernier clip et on été séduits. Confus, perturbés, mais séduits. Nos amis suisses allemands seront accompagnés par nos amis sierrois de Elektrik Tom!

En prélocation : 15 CHF - Pas de caisse au soir
Attention : En raison des mesures sanitaires, le nombre de billet est limité, n'hésitez plus !

Club Rock

Organisé par:   Hacienda / Association Artsonic

28 novembre 2020

Anciens Abattoirs - Hacienda – Sierre

  • Ouverture des portes à
    21:00
Partager sur:
Blind Butcher - Eletrik Tom

Blind Butcher

Blind Butcher, c’est le groupe qui monte actuellement outre-Sarine. Produit par Steve Albini, hébergé sur le mythique label Voodoo Rhythm, invité aux quatre coins de l’Europe, il ne laisse personne indifférent.
Et pour cause, le duo est une prodigieuse machine à faire danser, ne reculant devant rien pour embraser son auditoire : affublé de costumes improbables (lycra, paillettes), il télescope joyeusement krautrock, punk, disco, blues, new wave et country dans un show à la fois robotique et déjanté. Comme le résume bien le titre de leur dernier album : ALAWALAWA

Elektrik Tom

Elektrik Tom (« heavy folk, blues & dirt ») voue une passion sans borne et un peu irrationnelle à la lettre « K ». Cela tombe bien : nous aussi. Et comme ce genre de marotte est plutôt rare et assez peu fédératrice (que l’on songe, en comparaison, aux innombrables aficionados de la lettre « M ») il fallait à tout prix qu’il débarque au Kremlin avec sa vieille guitare poussiéreuse, accompagné par un groupe déjanté et acquis à sa cause (« The Magnetik freaks ») dans l’espoir insensé de promouvoir cette lettre injustement boudée et surtout, ce qui est sans doute plus à propos, de plonger son auditoire dans le tumulte de compositions tantôt folk-mélancoliques, tantôt blues-psychédéliques, parfois (mais plus rarement) stoner-punks, mais toujours captivantes et résolument « rock n’roll ». Un heureux moment de détente « ekletik » !